Partir à l’étranger

étudier à l'étranger

Étudier à l
Papiers

Pour poursuivre ses études dans un pays de l’EEE (Espace Economique Européen) ou la Suisse, une simple pièce d’identité suffit. Dans tous les autres pays, il vous faudra, en plus d’un passeport en cours de validité, obtenir un Visa.

La Protection Sociale

Avant de partir étudier dans un pays de l’EEE ou en Suisse, demandez à votre caisse de Sécurité Sociale votre Carte Européenne d’Assurance Maladie. Cette carte valable 1 an (et renouvelable) vous permet de faire valoir vos droits à l’assurance maladie. Plus d’informations sur la Carte européenne d’Assurance Maladie sur www.ameli.fr.

Pour les autres destinations, renseignez-vous auprès de votre centre de Sécurité Sociale ou bien prenez contacte avec le Centre des Liaisons Européennes et Internationales de Sécurité Sociale (CLEISS).

Autre site utile : www.diplomatie.gouv.fr

Programme erasmus  mobilité, le plus connu des dispositifs pour étudier en europe
Dispositif emblématique de la mobilité étudiante en Europe, le programme Erasmus+ mobilité permet aux étudiant-es de partir de 3 mois à 1 an étudier en Europe.

Ce dispositif est ouvert aux étudiant-es dès leur seconde année d’études supérieures. Ils doivent être inscrits dans une université (délivrant un diplôme reconnu par l’Etat) ou un établissement privé agréé par l’Etat partenaire du programme.

Envie de partir autrement ?

Si Erasmus ne vous convient pas, vous pouvez aussi partir au Pair, en SVE, en Volontariat... Cliquez-ici pour découvrir toutes les possibilités !

Le départ ne peut se faire que vers un établissement à l’étranger ayant signé des accords avec l’établissement français auquel l’étudiant est inscrit. Ce dernier reste rattaché à l’établissement français.

Les étudiant-es prenant part à ce dispositif peuvent obtenir une bourse auprès de leur établissement de rattachement. D’autres aides de collectivités locales peuvent éventuellement venir en complément. Si vous résidez dans l’Orne, vous pouvez solliciter une « bourse d’enseignement supérieur à l’étranger ». Dans tous les cas, la bourse Erasmus+ s’ajoute au bénéfice d’une bourse sur critères sociaux déjà perçue par l’étudiant-e.

Démarche à suivre :

Contactez le service des relations internationales de votre établissement.

Pour en savoir plus : www.ec.europa.eu/programmes 

 

De nombreuses universités et écoles françaises ont signé des conventions avec d'autres établissements d'enseignement à l'étranger (souvent hors UE). Elles offrent ainsi à certain-es de leurs étudiant-es la possibilité d'effectuer une partie de leur cursus à l'étranger.

Démarche à suivre :

Contactez le service des relations internationales de votre établissement.
De nombreuses universités et écoles françaises ont signé des conventions avec d’autres établissements d’enseignement à l’étranger (souvent hors UE). Elles offrent ainsi à certain-es de leurs étudiant-es la possibilité d’effectuer une partie de leur cursus à l’étranger.

Démarche à suivre :
Contactez le service des relations internationales de votre établissement.
Nouveau dispositif de la région Normandie pour favoriser la mobilité internationale des étudiant-es, lycéen-nes et apprenti-es normand-es. Il s'agit d'une bourse de 200 € ou 400 € plus 40 € par semaine pour un stage ou un séjour d'étude. Pour plus d'infos, consultez la page Pass Monde.
Nouveau dispositif de la région Normandie pour favoriser la mobilité internationale des étudiant-es, lycéen-nes et apprenti-es normand-es. Il s’agit d’une bourse de 200 € ou 400 € plus 40 € par semaine pour un stage ou un séjour d’étude. Pour plus d’infos, consultez la page Pass Monde.
Partir Hors programme
Le bac en poche, il est tout à fait possible de s’inscrire dans une université ou école d’enseignement supérieur à l’étranger, sans recourir au moindre programme de rattachement à un établissement français.

Hors programme veut par contre dire que vous devrez effectuer seul l’ensemble des démarches ! Préparez votre départ au moins un an à l’avance !

Une mine d’infos par pays sur : www.euroguidance-france.org

Faire un stage à l'étranger

Des formalités d
Avec ou sans Visa de travail ?

Pour effectuer un stage dans un pays de l’EEE (Espace Economique Européen) ou la Suisse, une simple pièce d’identité suffit. Dans tous les autres pays, il faudra que vous obteniez un visa de travail temporaire ou de stage et posséder un passeport en cours de validité.

La Protection Sociale

Avant de partir en stage conventionné et non rémunéré dans un pays de l’EEE et en Suisse, demandez gratuitement votre Carte Européenne d’Assurance Maladie. Cette carte valable 1 an (et renouvelable) vous permettra de faire valoir vos droits à l’assurance maladie. Dans tous les autres cas, renseignez-vous auprès de votre centre de Sécurité Sociale.
Plus d’informations sur la Carte Européenne d’Assurance Maladie sur www.ameli.fr.

Vous pouvez bien sûr effectuer des recherches via Internet, envoyer des candidatures spontanées et répondre à des annonces en ligne. 
Vous trouverez une mine d'informations, de conseils ainsi que des liens utiles à vos recherches de stage en Europe sur le site www.euroguidance-france.org
Si vous désirez partir en Allemagne, sachez que l'OFAJ (Office Franco Allemand pour la Jeunesse) peut proposer des stages ainsi que des bourses.
Vous pouvez bien sûr effectuer des recherches via Internet, envoyer des candidatures spontanées et répondre à des annonces en ligne. Vous trouverez une mine d’informations, de conseils ainsi que des liens utiles à vos recherches de stage en Europe sur le site www.euroguidance-france.org

Si vous désirez partir en Allemagne, sachez que l’OFAJ (Office Franco Allemand pour la Jeunesse) peut proposer des stages ainsi que des bourses.

De même, l’OFQJ (Office Franco-Québécois pour la Jeunesse) soutient des séjours professionnels au Québec.

Dans l’Orne, la Mission Locale L’Aigle-Mortagne a développé le dispositif EPIQ (Expérience Professionnelle et d’Immersion au Québec) pour les 18-25 ans.

Des organismes proposent également, moyennant rétribution, des stages « clés en main ». Nous vous conseillons de faire appel à des organismes répondant à la charte qualité de l’OFFICE ou de l’UNOSEL. L’association Club Teli propose de bénéficier de ses offres de stages moyennant le paiement d’une adhésion annuelle d’environ 45 €.

Pour un stage dans le domaine agricole, l’association Odyssée Agri (basée en Mayenne) propose des placements aux quatre coins du monde.

Un stage avec le programme erasmus
Pour les étudiant-es

Le programme Erasmus+ permet aux étudiant-es d’effectuer un stage d’une durée de 3 à 12 mois dans une entreprise à l’étranger (pays partenaire du programme). Ce stage doit être prévu dans leur cursus. Le départ peut se faire dès la première année d’études. Il concerne les étudiant-es à l’université, ainsi que la plupart de ceux en école supérieure, au conservatoire ou préparant un BTS.

Nouveauté : Les jeunes peuvent dorénavant effectuer un stage dans le cadre d’Erasmus+ jusqu’à 1 an après l’obtention de leur diplôme.

Les étudiant-es prenant part à ce dispositif peuvent obtenir une bourse auprès de leur établissement de rattachement. D’autres aides de collectivités locales peuvent éventuellement venir en complément. Si vous résidez dans l’Orne, vous pouvez solliciter une « bourse pour stage en entreprise à l’étranger ». Dans tous les cas, la bourse Erasmus+ s’ajoute au bénéfice d’une bourse sur critères sociaux déjà perçue par l’étudiant-e.

Démarche à suivre :

Contactez le service des relations internationales de votre établissement.

Pour en savoir plus : www.ec.europa.eu/erasmus

Pour les apprentis

Le programme Erasmus+ permet aux apprentis d’effectuer un stage de 2 semaines à 12 mois dans une entreprise à l’étranger (pays partenaire du programme).

Nouveauté : les personnes issues de l’apprentissage peuvent effectuer un stage dans le cadre d’Erasmus+ jusqu’à 1 an après l’obtention de leur diplôme.

Les apprentis prenant part à ce dispositif peuvent obtenir une bourse.

Démarche à suivre :

Renseignez-vous auprès de votre centre de formation ou de la CCI Normandie.

Pour en savoir plus :

travailler à l'étranger

Premier détail, qui a tout de même son importance, il faut absolument être majeur pour pouvoir travailler à l’étranger. Passé ce préalable, vous devez remplir un certain nombre de démarches administratives en fonction du pays dans lequel vous souhaitez travailler.

Le visa de travail

Pour travailler dans un pays de l’EEE (Espace Economique Européen) ou la Suisse, vous n’aurez pas besoin de permis ou visa de travail. Une simple pièce d’identité suffit dans ces pays pour pouvoir travailler

Dans tous les autres pays étrangers, il faudra que vous obteniez un visa de travail.

Il est à noter que la France a signé des accords relatifs au programme Vacances-Travail avec les pays suivants : Argentine, Australie, Canada, Corée du Sud, Japon, Nouvelle-Zélande et Hong-Kong. Ce visa permet aux ressortissants des deux Etats de séjourner, à titre individuel, dans l’autre Etat signataire afin d’y passer des vacances, tout en y exerçant un métier pour compléter leurs moyens financiers.

Plus d’information sur le programme Vacances-travail

La Protection Sociale

En France comme à l’étranger, il faut vérifier que votre employeur déclare bien votre travail. Cette déclaration vous permet de bénéficier de la protection sociale en vigueur dans votre pays d’accueil.

Avant de partir, demandez gratuitement votre Carte Européenne d’Assurance Maladie. Cette carte valable 1 an (et renouvelable) vous permettra de faire valoir vos droits à l’assurance maladie en Europe.

Plus d’informations sur la Carte européenne d’Assurance Maladie

Pour un départ en dehors de l’Union Européenne, vous devrez la plupart du temps souscrire une assurance privée. Vous trouverez plus d’informations sur le site du CLEISS (Centre des Liaisons Européennes et Internationales de Sécurité Sociale)

Quelques pistes pour travailler à l
Pas de recettes miracles pour trouver un job à l’étranger. Nous vous livrons ici quelques pistes et sites internet pour trouver un emploi à l’étranger dans certaines filières. Les plus téméraires d’entre-vous tenteront leur chance sur place ! Dans une région touristique, le porte à porte ou l’épluchage des journaux locaux peuvent parfois fonctionner ! Malgré tout, il est préférable de s’assurer un emploi avant de faire vos bagages.

Le portail de la Commission européenne sur l’emploi : EURES

Les sites généralistes d’emploi à l’étranger :
www.anyworkanywhere.com
www.fish4.co.uk
www.seasonworkers.com
Hôtellerie-restauration et tourisme, des pistes à ne pas négliger
De nombreuses offres à pourvoir dépendent de l’activité touristique. Ainsi, pour la période de mai à septembre, les offres dans l’hôtellerie-restauration et l’animation touristique foisonnent. Pour les postes en contact avec le public, un bon niveau de langue (la plupart du temps l’Anglais ou la langue du pays) sera nécessaire.

Les sites de référence de l’hôtellerie-restauration
www.eurohoteljobs.com
www.lhotellerie-restauration.fr
www.londonpub.com.au (Barman à Londres)
www.barzone.co.uk (Barman au Royaume-Uni)
Des offres aux 4 coins du monde
Aux 4 coins du monde, des exploitations agricoles recherchent de la main d’œuvre en période de récoltes. Bien sûr, la main d’œuvre locale est souvent favorisée, mais nombres d’exploitations ont aussi recours à de jeunes étrangers-ères ! Si votre niveau linguistique n’a que peu d’importance pour cueillir des kiwis ou vendanger le raisin, une bonne condition physique s’impose !

Les sites de références sur l’agriculture
www.pickingjobs.com (Nombreux pays)
www.fruitfuljobs.com (Royaume-Uni)
www.seasonalwork.co.nz (Nouvelle-Zélande)
Les métiers de l
Si vous possédez le BAFA, un bon niveau dans une ou des langues étrangères, et que vous avez 18 ans ou plus, vous pouvez devenir animateur-rice d’un groupe de jeunes Français-es à l’étranger ! De nombreux organismes proposent ce type de séjours.

Les organismes proposant des séjours linguistiques à l’étranger recrutent des accompagnateurs-trices de groupes. Une bonne maîtrise de la langue du pays de destination est nécessaire. Pour trouver des organismes agréés proposant ce type de séjours, vous pouvez consulter les sites de l’UNOSEL et de l’OFFICE.

Guides mobilité à télécharger sur www.infoeurope.fr